Dans le monde des projets en entreprise, des chiffres spectaculaires sont à déplorer chaque année partout autour du globe. D’après The Standish Group, 19% des projets IT en entreprise sont abandonnés avant la fin et plus de 50% échouent dans le respect d’au moins l’une des contraintes primordiales (temps, budget, qualité attendue). De tels projets sont appelés « projets « challengés ».

De nombreux chercheurs s’accordent à dire que la gestion de base d’un projet se définit sur le trio formé des composantes de temps, de coût et de qualité. Ces composantes sont elles-mêmes formées de nombreuses sous catégories comme l’exposent Daylight[1], l’ENSIIE[2] et l’IAE Lille[3] [Daylight 2011] dans les conclusions de leur étude lancée conjointement en 2010 sur l’état des projets français à forte composante organisationnelle et SI. Ces résultats, parus en 2011, mettent en lumière un ensemble de variables explicatives directement liées à la réussite d’un projet. Elles  se distinguent en cinq secteurs:

  • organisation (intégration, contenu, émergence/alignement, structures, rôles, activation)
  • pilotage (délais, risques, qualité, communication, coordination)
  • référentiel (référentiel, adaptation, système d’information projet)
  • ressources (coûts, ressources humaines, approvisionnements)
  • connaissances (capitalisation, partage, compétences SI, compétences hors SI).

De nombreuses perspectives pour l’amélioration des logiciels de risques dans les projets…

[1] Daylight est un cabinet de conseil en ingénierie organisationnelle
[2] L’Ecole Nationale Supérieure d’Informatique pour l’Industrie et l’Entreprise
[3] L’IAE Lille est le pôle majeur de recherche et de formation au management pour tout le nord-ouest de la France.